Temps d’attente en mécanique quantique: un clin d’oeil au chaos quantique

Mathias Albert
mathias.albert at inln.cnrs.fr
Université de Nice - CNRS UMR7335, Institut Non Linéaire de Nice 1361 route des lucioles 06560, Valbonne

Le transport à l’échelle mésoscopique est essentiellement stochastique à cause de la nature quantique des porteurs de charge. Ces fluctuations fondamentales, au lieu d’être parasites sont au contraire une source d’informations comme le suggérait Rolf Landauer dans sa célèbre citation “the noise is the signal”. Ainsi, de nombreux outils statistiques, comme le bruit ou la statistique de comptage, ont été développés lors des 20 dernières années pour comprendre la physique des conducteurs cohérents.

Récemment, le concept de temps d’attente entre différentes détections a été introduit dans ce domaine et s’est avéré être un outil de choix pour étudier la physique aux temps courts, un peu dans le même esprit que la distribution des niveaux d’énergie voisins s’est avérée très informative dans l’étude des systèmes quantiques complexes.

Au cours de cet exposé, je présenterai un aperçu de cette physique dans le domaine du transport électronique avec des ouvertures vers les atomes ultra froids. J’exposerai en particulier le cas d’un seul canal quantique parfaitement conducteur où la théorie des matrices aléatoires apparaît de façon inattendue.

[slides Mathias Albert]